AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La chute - Priorité à Emerick - Ouvert à tous


Family shows up :: Portland, Oregon :: Pearl District
avatar

The caregiver
› messages : 91
› inscription : 31/10/2018
› comptes : Lexie Pratts
› avatar : Ty Simpkins - (Teiwaz)
› âge : 12 ans
› statut civil : Célibataire
› métier : 6th Grade Student
› adresse : n° 1332, skyline boulevard, northwest district

Voir le profil de l'utilisateur


› Family comes first
› My family
:
› My relatives:
› Availability:

Sujet: La chute - Priorité à Emerick - Ouvert à tous ~ Jeu 8 Nov 2018 - 0:07~



La Chute

“Un mensonge est un saut du haut du toit.”
Le mois de novembre touchait à sa fin. Il avait été marqué par un exposé...tumultueux avec Billie, une visite du OMSI superbe avec Daddy, un projet de badge commençant enfin à avancer un peu et puis... Un mois à l'école pas des meilleurs. Septembre et la rentrée était désormais loin derrière et après un temps d'adaptation à leurs nouvelles écoles, les élèves reprenaient leurs habitudes. Le malheur avait voulu que parmi ceux de son ancienne école, David s'était retrouvé avec Joffrey, Jane & Miguel dans sa classe. Il ne comptait pas les jours où ces derniers s'étaient moqués d'eux, les jours où ils l'avaient menacés, les jours où il ne recevait pas un message moqueur sur les réseaux sociaux. C'est pour ça qu'il s'était mis au Taekwondo... Il espérait y acquérir plus de force, plus de moyen de lutter... Mais pour l'instant il n'avait pas appris grand chose.  

Mais bon... Bientôt il y aurait les vacances d'hiver et il pourrait souffler de cette ambiance qui se ternissait de jour en jour. Plus de cours avec les chimpanzés, plus de devoirs interminables et rébarbatifs, plus d'exposés et surtout...surtout... FINI LA NATATION ! Non mais sérieux qui avait obligé ce cours dans le programme scolaire ? Et qui choisissait de le mettre au premier trimestre quand il fait FROID quand on sort ? David savait nager depuis son plus jeune âge, il était pas le plus rapide mais il était pas le plus lent mais il avait pas de muscles. Il ressemblait à une croquette de crevette. Rose. Mince. Fluet.

« Hey si tu pètes tu t'envoles Alden ? »

#sofunny Les 6th grade ont un humour qui volait très haut. En attendant, David avait glissé après cette réflexion et fait rire tous ses camarades de classe. Oui évidemment le prof les avait remis en place mais le mal était fait. Rouge pivoine, le serdaigle aurait voulu une cape d'invisibilité. Disparaître. Ne plus les revoir. Billie à l'autre bout de la piscine avec le groupe des filles lui avait lancé un regard de soutien mais à ce moment, il voulait juste que l'heure se termine le plus vite possible. Et elle s'était terminée dramatiquement dans les éternels vestiaires. Comme à son habitude David avait pris sa douche le plus vite possible. Comment ils faisaient pour avoir de tels muscles hein ? Miguel par exemple déjà il avait un teint basané classe. David a côté de lui on aurait dit un vampire. « Ouais mais frérot c'est le problème des blonds et des roux...  puis c'était pas à la mode les vampires ? » Ouais enfin, David était pas sûr qu'Alyssa détenait la vérité absolue... C'est vrai quoi... Et pour les muscles c'était quoi l'excuse ? « La puberté se déclenche à différents moments selon les personnes. » Merci p'pa... Non. David n'était pas convaincu. Lui il remarquait seulement que Miguel était beau comme ça avec son teint mat et sa musculature en construction.

Beau ?

Il avait pensé beau ?

Non mais jamais de la vie. C'était qu'un boulet de première dépourvu de cerveau !

« Hey Alden t'as fini de matter ? » lui lâcha Joffrey derrière lui en lui donnant une pichenette à la tête, le faisant pousser un cri strident par la même occasion. « Oh purée le cri de gonzesse ! T'as perdu tes bijoux de famille Alden ? » Lâcha spontanément un autre camarade de classe, provoquant les rires de l'assemblée.

David continua de se rhabiller le plus vite possible mais cela continuait autour de lui. « T'as perdu ta langue l'intello ? » continua Miguel. « Ah bah oui à force de sucer des b**** c'est normal » rigola Joffrey. Là, il y eu un silence gêné et le jeune Alden quitta le vestiaire en claquant la porte.

« La porte David, elle se ferme doucement... » 'Tain il était là lui ? Le professeur était en grande discussion avec la prof' de gym des filles... Il osait lui faire une remarque ainsi ? Non mais quel bouffon... « J'ai rien entendu » Et il n'entendra rien nah ! David avait plus envie de les voir aucun. « J'peux reprendre mon bus maintenant comme d'hab ? » Le professeur soupira avant de hocher la tête. Bien, au moins comme ça il mettrait de la distance entre ces salauds et lui. Le garçon se précipita donc dehors sous la pluie automnale et monta dans le premier bus qui croisa son chemin qui allait au centre ville. Il avait juste envie de voir personne là de suite. Assis au fond du bus, capuche rabattue sur sa tête, le gamin laissa son regard se perdre dans le néant avant de se dire qu'il ferait mieux d'envoyer quelques messages pour pas tracasser les gens. Il détestait mentir et chaque lettre écrite le brûlait en son fort intérieur mais il ne pouvait pas rentrer maintenant. Il ne pouvait pas être faible devant eux, leur montrer qu'il n'était pas qu'un garçon souriant et enthousiaste. Il avait besoin de souffler, prendre l'air car il avait cette impression d'étouffement qui devenait insoutenable. Il suffoquait.

C'est ainsi qu'il descendit un peu au hasard sous la pluie drue, non loin de la salle de sport où il avait cours de Taekwondo. Il ne savait pas trop pourquoi il était descendu ici. En attendant, il traîna un peu en ville en regardant les devantures des magasins. Il entra dans certains et en fit le tour sans trop penser à rien. Puis il en sortait et ainsi de suite. Il ne savait pas depuis combien de temps il traînait ainsi en ville quand la voix de Joffrey se fit entendre dans son dos.

- Hey la tapette, tu essaye de refroidir tes ardeurs sous la pluie ?
- Je suis pas une tapette !
- Ouais c'est ça.... poursuivi Jane... T'arrêtes pas de mater les fesses de Miguel... Tout le monde le sait.
- N'importe quoi !
- Tu m'as pas lâché du regard dans le vestiaire ! Avoue que tu es gay ! Renchérit Miguel d'un ton assassin.
- Non j'suis pas gay !

Certains regards se retournaient vers les jeunes adolescents mais personne n'intervenait. Fichu effet de foule. En attendant David tourna les talons en échappant d'éviter ses harceleurs. Mais ces derniers n'avaient apparemment rien d'autre à faire de leur journée et ils continuaient de marcher derrière lui en l'affublant de pleins de noms d'oiseaux. David accéléra le pas mais eux aussi. Il sentait son coeur battre à en rompre. A ce moment il aurait tellement voulu que Duncan soit là. Où son père ! N'importe qui ! Il accéléra encore le pas.

« Roh mais il a le feu au fesse la tafiole » rigola doucement Joffrey qui ne se trouvait qu'à quelques mètres. Puis, alors qu'il accélérait le pas encore une fois, il senti une masse le plaquer au sol et un coup atterrir sur sa tête tandis qu'une bouche s'approchait de son oreille tandis qu'il reconnaissait la voix de Miguel. « Tu me mates encore, t'es mort Alden ! »

avatar
› messages : 18
› inscription : 29/10/2018
› avatar : Finn Wolfhard

› âge : 15 ans
› statut civil : Célibataire
› métier : Lycéen
› adresse : Il vit chez les Hastings, son foyer d'accueil

Voir le profil de l'utilisateur


Sujet: Re: La chute - Priorité à Emerick - Ouvert à tous ~ Sam 10 Nov 2018 - 20:48~

La chute
Topic ouvert à tous
••••

Décembre n’avait pas encore commencé, et pourtant, au foyer, le sujet principal qui animait la plupart des conversations, c’était les fêtes de Noel qui approchaient. Aidés par leur famille d’accueil, les plus petits, âgé de quatre ans tout les deux, commençaient à réfléchir à la liste des cadeaux qu’ils voulaient demander au bon gros barbu vêtu de rouge et de blanc, alors qu’Amy, six ans, savait déjà pertinemment ce qu’elle voulait et découpait dans les magazines de jouets les objets de ses désirs pour les glisser dans une enveloppe destinée à partir là où l’hiver ne s’arrête jamais. C’était agréable de voir que même si ces petits avaient tout perdu, les fêtes de Noel étaient toujours synonymes d’espoir et de magie pour eux. Et intérieurement, pour eux, Emerick espérait que cela puisse continuer ainsi encore longtemps. Avant les fêtes, il restait encore quelques semaines de cours, enfin, théoriquement. En pratique, c’était tout autre chose : le jeune homme dont les notes étaient en chute libre depuis le drame qui l’avait dévasté avait décidé de ne pas y aller aujourd’hui, préférant largement passer son temps dans les rues de Portland plutôt que derrière un pupitre à écouter, ou devrais-je dire, à faire semblant d’écouter des professeurs donner leurs cours pour lesquels l’adolescent n’avait plus le moindre intérêt. Il avait pourtant essayé un temps de se concentrer sur ces derniers. Mais il n’avait plus envie de s’investir, ayant trop de choses en tête que pour pouvoir uniquement se focaliser sur ses cours. C’était mission impossible pour lui. Alors, plutôt qu’avoir la tête ailleurs en classe, autant que le reste de son corps suive et qu’il demeure aux abonnés absents. Au moins, il n’aurait pas l’impression de perdre son temps.

Comme chaque matin, il avait préparé son sac de cours et avait emporté également sa guitare pour les deux premières heures  qu’il avait à passer au lycée. Il commençait en effet par le cours de musique et  c’était d’ailleurs cela qui l’avait motivé à aller au cours aujourd’hui.  Le cours terminé, il avait fuit le bâtiment scolaire en prenant bien garde de ne pas se faire prendre. Certes, il savait que le foyer serait mis au courant de son absence, mais honnêtement, il n’en avait sérieusement rien à faire. Si au foyer, on lui avait déjà dit qu’il fallait qu’il essaye de continuer à vivre, de passer au dessus du deuil, qu’il avait la possibilité d’être heureux à nouveau, qu’il pouvait demander de l’aide pour arriver à se sentir un peu mieux ou une oreille attentive pour l’écouter, lui avait tendance à ne répondre qu’une seule chose à ces suggestions  : " allez vous faire foutre." Ni plus ni moins. Il n’avait pas envie de se confier. Cela finissait d’ailleurs toujours par exploser. Personne à son sens ne pouvait comprendre ce qu’il vivait. Preuve en était, l’obsession des adultes qui le poussaient à aller en cours alors qu’Emerick n’avait qu’une seule envie : qu’on lui fiche la paix. Combien d’adultes s’absentent de leur boulot quand intérieurement ça ne va pas ? Pourquoi lui ne pouvait tout simplement pas faire pareil ? Pourquoi lui devait se forcer à continuer à vivre comme si de rien était alors qu’au fond, il n’en avait pas envie ? Enfin, si, il y avait tout de même quelqu’un qui lui donnait envie de se battre pour quelque chose. Et cette personne, c’était tout simplement Billie, une petite fille trois ans plus jeune que lui qu’il avait rencontré un peu par hasard, lorsqu’il avait intégré le foyer des Hastings. Très vite, elle était devenue comme une petite sœur pour lui. Elle était pareille que lui au fond. Elle était la seule qui pouvait vraiment le comprendre, même si son histoire était quelque peu différente. Mais en elle, il y avait la même détresse que celle qui habitait Emerick. Et il n’avait pas fallu longtemps pour que le jeune adolescent se promette de toujours être là pour elle.  Elle n’en avait certainement pas conscience, mais la petite fille lui apportait beaucoup. Sa rencontre avec elle avait sans doute été la meilleure chose qui lui était arrivée depuis le décès de ses parents. Grâce à elle, il avait une cause à laquelle se raccrocher. Et quand on a tout perdu, il n’y a rien de plus important que cela.

Avec Noel qui approchait, il avait envie de lui offrir quelque chose. A elle principalement, mais aussi aux Hastings. Même si ce n’était pas toujours facile avec eux, il espérait pouvoir leur faire plaisir ce jour là. Car à Noel, c’est ce qu’on est censé faire en famille. Et même si ce n’était pas sa vraie famille, les Hastings  étaient ce qui s’en rapprochait le plus. Si pour Billie il avait déjà quelques idées, pour eux, rien ne lui venait à l’esprit. Mais avant de penser à faire des cadeaux, il fallait songer à avoir un peu d’argent. Et pour y arriver, rien de tel que sa précieuse alliée, sa guitare.

Sa fin de matinée, il l’avait passée dans l’un des quartiers animés de Portland, à reprendre certaines des chansons de ses artistes préférés ou bien des titres de variétés actuelles qu’il avait appris à jouer. Et rien de telle que la musique pour se sentir mieux. Certes, rien n’avait changé dans sa vie… Mais il se sentait à présent plus léger. Avec une petite partie de l’argent qu’il venait de récolter, il avait ensuite décidé de tenter sa chance dans un autre quartier, tout aussi fréquenté, et c’est dans cet autre quartier qu’il avait passé une petite partie de son après-midi. Franchement, s’il pouvait faire cela tous les jours, s’adosser contre un mur et jouer de la guitare pour qui accepte de l’écouter, il le ferait, sans hésiter. C’était tellement plus agréable que de rester enfermé dans une salle de classe. Et au moins, dans ces moments là, il arrivait à oublier pour un temps ses soucis, à rendre les sourires à qui lui en adressait, ravi de pouvoir égayer la vie de certains passants, lui qui avait pourtant bien du mal avec les adultes en général. Avec la musique, il redevenait un adolescent normal. Et qu’est ce que c’était agréable. Même la pluie qui tombait depuis un moment déjà n’avait suffi à le décourager. Il aurait pu jouer comme ça, encore et encore, mais un coup d’œil à sa montre quelques instants plus tard lui avait indiqué qu’il était temps pour lui de ranger sa guitare et de refaire face à la réalité : il fallait qu'il rentre au foyer, d’autant plus que Billie n’allait pas tarder à revenir elle aussi des cours. Et puis, s'il ne voulait pas tomber malade, mieux valait ne pas tarder à aller se mettre au chaud et à se changer.

Il avait commencé à ranger sa guitare et à ramasser son argent lorsqu'un groupe de jeune garçons d'environ douze ans attirèrent son attention

- Hey la tapette, tu essaye de refroidir tes ardeurs sous la pluie ?

Machinalement, il s'était retourné pour les voir passer non loin de lui. Le premier se faisait suivre par les trois autres et de toute évidence, il n'en menait pas large face au trio qui semblait être bien décidé à continuer de le malmener. De là où il était, il était aux premières loges pour entendre la conversation. Et il ne pourrait dire ce qui le désolait le plus. Cet enfant seul et démuni face au petit groupe ou l'impassibilité des adultes qui regardaient tout ça sans broncher? Pitoyables. Ces gens étaient tous pitoyables. Pour sa part, il n'était vraiment pas décidé à rester là les bras croisés. Bien au contraire.  Ni une ni deux, il glissa son sac de cours sur son épaule, repris sa guitare et pressa le pas pour rattraper le premier garçon. Mais alors qu'il arrivait non loin de lui, celui ci tourna les talons pour échapper à ses poursuiveurs et l'instant d'après, il se retrouvait au sol, plaqué face contre terre par l'un d'entre eux... Sous les yeux des trois autres, hilares par la situation. C'en était trop pour Emerick dont le sang ne fit qu'un tour. Passant aux cotés des trois autres, il s'arrêta aux cotés du petit blondinet et fixa son attention sur le dénommé Miguel.

"Laisse-le !!!"

Son intervention avait eu don de faire rire l'un des trois compatriotes qui avait sans doute vu là une occasion de jouer les intéressants.

"Oh regarde, Alden, tu viens de te trouver un copain..."


Le regard noir que lui adressa Emerick le fit taire aussitôt, bien qu'il continuait d'arborer un petit sourire moqueur, sans doute pour ne pas perdre la face face à ses camarades. Mais il n'allait pas s'amuser longtemps. Ce genre de petites raclures n'impressionnaient pas le moins du monde Emerick qui en avait vu d'autres. Il était mal tombé s'il voulait continuer son manège.

"Pardon? Tu as dit quoi là?" L'interrogea-t-il en le dévisageant des pieds à la tête, le mettant au défi de répéter ses âneries. L'autre garçon n'en fit rien et Emerick reporta son attention sur Miguel qui entre temps s'était redressé pour lui faire face. Du haut de ses quinze ans, il avait au moins une tête et demi de plus que lui. Peut-être même deux. Une raison suffisante pour que l'adolescent n'en vienne pas aux mains, sinon, il n'aurait pas hésité. Mais il n'allait pas le laisser s'en tirer à si bon compte pour autant. Bien au contraire.

" Trois contre un. Bravo, beau spectacle... Mais maintenant, je crois qu'il est temps pour le clown de service de fermer les rideaux de son cirque ambulant et d'emporter ses bouffons Pat et Tic avec lui. On vous a assez vu les affreux. "


Pat et Tic... Il les avait nommé ainsi en les pointant l'un puis l'autre du doigt. Il n'aurait pas pu leur trouver meilleur surnom, ça ne leur correspondait que trop bien. Attrapant Miguel par le bras fermement pour l'empêcher de partir tout de suite, il s'avança avec lui auprès du petit blond toujours au sol et l'aida à se relever avant de reporter son attention sur la petite terreur.

" Avant de partir, je crois que tu lui dois des excuses pour ta connerie légendaire... Sérieux, même si c'est vrai, ça te pose quoi comme problème qu'il te regarde? Dis-moi. Tu peux pas en discuter calmement avec lui, il faut que tu ramènes ta clique et que tu fasses ton show? Je vais finir par croire que tu aimes ça de te faire remarquer, non? Quand tout les yeux sont braqués sur toi comme maintenant... Alors pourquoi lui ne pourrait-il pas te regarder? Où est la différence? "



••••

by Wiise
La chute - Priorité à Emerick - Ouvert à tous
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Assemblée n°2 [Ouvert à tous : Priorité aux Chefs]
» Questions ouvert à tous.
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Family shows up :: Portland, Oregon :: Pearl District-
Sauter vers: